Fondation Louis Vuitton, les élèves de TL arts et musique présentent leurs oeuvres préférées…

jeudi 27 avril 2017
par  Etienne Brunet

A la découverte des chefs-d’oeuvre de l’avant-garde, lors de l’exposition "Icônes de l’art moderne" à la Fondation Louis Vuitton, nos élèves de Tl ont souhaité vous faire partager leurs coups de coeur…

L’exposition nous a permis de voir en plusieurs heures de nombreux artistes et la très large palette des mouvements artistiques de la modernité. Chaque salle présentait des œuvres de manière très continuelle. Une salle, par exemple, était uniquement constituée de portraits de femmes réalisés par différents artistes, C’était très intéressant, car l’agencement de la salle ainsi que la disposition des tableaux nous influençaient dans notre manière de les percevoir et nous faisaient prendre conscience de la singularité de chaque œuvre. Pour conclure, nous avons pu vraiment nous rendre compte de l’extraordinaire sensibilité de Chtchoukine de part la grande richesse et la diversité des tableaux collectionnés

PNG - 314.4 ko

Pauline

…………………………………………………………………………………………………………………………….

Claude Monet (1840 – 1926), Lilas au soleil , 1872, 50 x 65 cm.

JPEG - 58 ko

…………………………………………………………………………………………………………………………….
A la fondation Louis Vuitton, nous avons pu découvrir la collection de tableaux de Sergeï Chtchoukine. Parmi sa large collection j’ai choisi une œuvre de Claude Monet intitulée : Lilas au soleil (1872). Cette œuvre met en scène deux femmes assises sous des lilas en fleurs. Elle est colorée : la couleur dominante est le vert mais l’artiste a su créer des contrastes avec des touches de rose et de bleu formant les fleurs des deux arbres. J’aime beaucoup cette œuvre puisqu’on retrouve un effet de mouvement comme si les feuilles bougeaient avec le vent. Ce qui m’a plu par dessus tout, c’est qu’on ne distingue pas tout de suite les deux femmes. Le tableau donne tellement l’impression de mouvement, qu’il faut un temps d’adaptation à l’œil pour remarquer les deux personnages. J’aime également les jeux d’ombres et de lumières, typiques du mouvement Impressionniste dont Claude Monet est l’un des fondateurs.
Jade

…………………………………………………………………………………………………………………………….

Paul Gauguin (1848-1903), Rupe rupe (La Cueillette des fruits ) ,1899, 128 x 190 cm

PNG - 421.2 ko

Gauguin est un des peintres majeurs de l’exposition Chtchoukine que nous avons été voir à la Fondation Louis Vuitton le mercredi au matin ; c’est également un artiste que j’aime beaucoup pour son esthétisme exotique.
La cueillette des fruits est une de ses œuvres que nous avons pris le temps d’observer avec la classe, et une de celles qui m’ont particulièrement plu. Réalisée en 1899 lors d’un voyage à Tahiti, cette toile représente quatre personnages, dont trois jeunes Tahitiennes récoltant des fruits dans un décor chaleureux où la végétation prédomine. Les couleurs contrastées traduisent un jeu de lumière entre un soleil éclatant et l’ombre des branchages, tandis que les détails de la végétation luxuriante et la chienne endormie à côté de ses chiots sont des éléments qui contribuent à l’impression de paix qui se dégage de l’œuvre. La scène représentée est ainsi très touchante. J’aime personnellement beaucoup le jaune vif de l’herbe qui attire l’œil, et je pense que cette œuvre illustre bien l’idée que se fait Gauguin d’un paradis terrestre.

Rachelle

…………………………………………………………………………………………………………………………….
Paul Gauguin (1848-1903), Ah, tu es jalouse ? , 1892, huile sur toile, 66 x 89 cm

JPEG - 52.4 ko

…………………………………………………………………………………………………………………………….
Les œuvres de Paul Gauguin m’ont plu car l’artiste rompt avec l’art français qui s’inspirait des paysages de France ou d’Italie. On voit ici, l’influence des cultures étrangères dans cette toile peinte à l’huile en 1892. En représentant des femmes tahitiennes, l’artiste cherche à montrer un mode de vie sauvage. Ces peintures qui célèbrent des cultures éloignées donnent un nouveau rôle à l’art en permettant au spectateur qui n’en n’a pas la possibilité de voir des nouveaux modes de vie…
L’artiste a ainsi bien su enrichir la culture artistique française avec des influences étrangères…

Julien

…………………………………………………………………………………………………………………………….
Henri Matisse (1869 – 1954), Le Jardin du Luxembourg , 1901-1902, huile sur toile, 59X 81 cm, Musée de l’Ermitage Saint-Petersbourg

JPEG - 48.8 ko

…………………………………………………………………………………………………………………………….
Le Jardin du Luxembourg est l’un des 38 tableaux d’Henri Matisse achetés par Sergueï Chtchoukine. Ce que j’ai particulièrement aimé dans cette œuvre est l’emploi des couleurs et de la touche : l’artiste les utilise pour montrer les volumes, les espaces, mais également les matières. C’est une peinture qui témoigne de beaucoup de sensations et d’émotions : elle transmet une impression du réel, un ressenti, et non pas simplement une représentation.
Cette œuvre trouve sa place dans l’exposition de la fondation Vuitton car elle fait partie de la collection de Chtchoukine, mais elle peut également faire penser à des œuvres de Gauguin ( elles aussi présentes dans la collection) à la fois dans les traits et dans les couleurs utilisées.

Meije

…………………………………………………………………………………………………………………………….
Pablo Picasso (1881 – 1973), Portrait de Soler , 1903, huile sur toile, 100 x 70 cm, Musée de l’Ermitage Saint-Petersbourg

JPEG - 78.5 ko

…………………………………………………………………………………………………………………………….
La visite de la Fondation Louis Vuitton fut rapide et je regrette de n’avoir pas eu le temps de tenir plus ample compagnie à ce tableau qui attirait mon attention inexorablement…
Le visage de cet homme et la grâce qui s’en dégageait, alliés aux couleurs marines a provoqué chez moi, un sentiment d’apaisement quasi instantané. Cependant, le dos droit du personnage et son regard teinté d’anxiété et de monotonie, m’ont obligé à compatir un instant. Que de questions : concernant sa pipe, ce verre et cette tasse… ou encore, sa moustache si raffinée…
J’ai été surprise en voyant le tableau d’apprendre qu’il s’agissait d’une œuvre de Pablo Picasso car dans mon souvenir son art n’était souvent qu’une accumulation de formes insignifiantes et indistinctes. Or là, les traits de ce portrait étaient fascinants dans leur simplicité presque minimaliste tout en conservant une certaine authenticité.

Mathilde

…………………………………………………………………………………………………………………………….
Pablo Picasso (1881 – 1973), Trois Femmes , 1908, huile sur toile, 200 x 185 cm, Musée de l’Ermitage Saint-Petersbourg.

JPEG - 111 ko

…………………………………………………………………………………………………………………………….
Les formes cubiques, géométriques des femmes sont saisissantes. Le travail de la lumière met en valeur la femme du centre. Les couleurs dans les tons rouge et marron donnent du caractère à l’œuvre. Ce travail des formes est très impressionnant, on a l’impression que chaque femme est sculptée dans du bois.
Pauline

…………………………………………………………………………………………………………………………….

Pablo Picasso (1881 – 1973), Après le bal (La Dame à l’éventail) , 1909.

JPEG - 38.5 ko

Le tableau intitulé La Dame à l’éventail, peint par Pablo Picasso en 1909 est celui que j’ai le plus retenu dans la visite de l’exposition appartenant à la collection que possédait Serguei Chtchoukine jusqu’à la révolution russe :
En fait l’esthétique du tableau m’a beaucoup plu. J’ai en effet beaucoup apprécié les couleurs qui constellent cette toile : des nuances de bleu/vert, du noir, un peu de beige et de blanc…
J’ai aussi beaucoup aimé les formes géométriques employées, les jeux d’ombres et je pense aussi la manière dont le personnage représenté regarde le spectateur.

Anna

…………………………………………………………………………………………………………………………….

Henri Matisse (1869 – 1954) Les Poissons Rouges , 1911, huile sur toile, 140 x 98 cm, Musée de l’Ermitage Saint-Petersbourg

JPEG - 62.3 ko

Henri Matisse réalise en 1911, Les Poissons rouges, il appartient alors au mouvement Fauve. Nous pouvons observer dans cette œuvre un jeu de lumière et de transparence avec une vue en contre-plongée (le peintre « domine son sujet »).
Des poissons rouges nagent dans un bocal. L’aquarium, au centre de la toile, est posé sur une table se détachant sur un fond sombre. Le reflet des poissons à la surface de l’eau les présente sous des points de vue différents (de profil ou du dessus). Les quatre coins de la toile sont occupés par des éléments végétaux ou décoratifs. L’harmonie colorée est simple, deux couleurs complémentaires : rouge et vert. Matisse souhaite évoquer le Jardin d’Eden. L’artiste regarde son atelier différemment, avec des nouvelles représentations de ce qui l’entoure

Matthieu

…………………………………………………………………………………………………………………………….
Kasimir Malevitch (1878-1935), Quatre Carrés 1916, huile sur toile.

L’œuvre qui m’a le plus marquée lors de la visite de la fondation Vuitton et de la collection Chtchoukine est la toile suprématiste de Malevitch Quatre Carrés . Elle se compose en effet de quatre carrés blanc et noir. Cette œuvre est placée dans le coin supérieur de la dernière salle de l’exposition là où se trouvaient les icônes dans les maisons traditionnelles russes. Sa présence montre comment Chtchoukine a su se placer en précurseur, et comprendre et encourager l’avant-garde russe.

PNG - 140.4 ko

Violette


Agenda

<<

2017

 

<<

Mai

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234