William Moris Reimagined

lundi 17 juin 2019
par  Etienne Brunet

A l’occasion des trente ans du jumelage entre Grenoble et Oxford, et pour célébrer les échanges entre le Lycée Champollion et la Cherwell School, des élèves de seconde et de première ont été invités à travailler en anglais et en art, sur William Morris et la place du décoratif en art.

Le soutien du Lycée, de l’Alliance Grenoble-Oxford et de la marque Farrow and Ball, nous ont permis de réaliser une petite exposition dans les serres du Jardin des plantes, lors des journées d’anniversaire du mois de mai.

……………………………………………………………………………………………………………………….

PNG - 386.1 ko

……………………………………………………………………………………………………………………….

William Morris

aa-55.png

Une enfance tournée vers la Nature

William Morris est né en 1834 au nord-est de Londres à Walthamstow.
C’est aujourd’hui une banlieue urbanisée, mais c’était autrefois la campagne.
Il vient d’une famille aisée qui a souhaité lui donner la meilleure des éducations.
En 1843, il suit des cours à l’Ecole Préparatoire des jeunes gentlemen de Walthamstow, puis il part en 1847 à l’internat du Marlborough College.

Ces parents déménagent plusieurs fois dans des propriétés toujours entourées de grands jardins ou de forêts. Sa maison de Walthamstow se visite aujourd’hui, elle a été transformée en musée à sa mémoire (William Morris Gallery).

Sa scolarité est difficile et William Morris préfère mener une vie de plein air en se promenant dans la nature qu’il observe et se met à aimer.

En 1847, il a treize ans quand son père décède. Il hérite d’actions minières qui lui garantissent une rente annuelle.
…………………………………………………………………………………………………………………………….
Le malaise lors de l’Exposition Universelle de 1851

En 1851, s’ouvre à Londres ce qui est considéré comme la célébration de la révolution industrielle et de la puissance de l’Empire anglais : l’Exposition Universelle.

PNG - 172.2 ko

Pour l’occasion J. Paxton construit le Crystal Palace en mobilisant toutes les fabriques de verre de l’Angleterre. La standardisation des pièces permet la construction d’une architecture unique dans un minimum de temps.

…………………………………………………………………………………………………………………………….
Les études à Oxford : des rencontres déterminantes

En 1852, William Morris commence ses études à Oxford à L’Exeter College.
Il songe à entrer dans les ordres, mais s’intéresse aussi beaucoup à l’architecture.

Il fait la connaissance d’Edward Burne-Jones qui lui présente des membres de la Confrérie préraphaélite. Ce groupe autour de Gabriel Rossetti souhaite renouer avec l’art des prédécesseurs de Raphaël, un art du Moyen Age, d’avant la séparation entre les beaux-arts et l’artisanat.

…………………………………………………………………………………………………………………………….

PNG - 367 ko

Edward Burne-Jones, détail des vitraux de la Cathédrale de Christ Church.
…………………………………………………………………………………………………………………………….
La vie professionnelle

En 1861, il fonde avec Rossetti et Burne-Jones une entreprise de décoration et d’ameublement, Morris, Marshall, Faulkner and co, qui deviendra en 1875 la Morris and Co.
Cette société repense les intérieurs victoriens et leurs styles historiques, en proposant des objets, du mobilier, des papiers peints, des tapisseries et des vitraux réalisés par des artisans de manière unique et avec des matériaux rares et de qualité.
Les influences sont multiples : le Moyen Age, la nature, le Japon, l’Inde…

Il ouvre à la même époque un magasin mettant en scène les objets dans des intérieurs qui mêlent tous les éléments de la décoration (comme certains magasins aujourd’hui).

Son magasin à Oxford Street est voisin du célèbre Liberty qui donnera en Italie son nom au style Art Nouveau.

En 1888, il participe à la première exposition de l’Art and Craft Exhibition Society.

Tout au long de sa vie William Morris construira ou restaurera des maisons d’habitation. Celle de Kelmscott Manor (restaurée en 1871) se trouve près d’Oxford. Elle est le symbole de son engagement pour le respect des monuments comme documents historiques (Society for the protection of Ancien Building, 1877).

L’artiste est mort en 1896.
……………………………………………………………………………………………………………………….

PNG - 331 ko

……………………………………………………………………………………………………………………….

Faire des Liens Comprendre une époque Comprendre un patrimoine fréquenté au quotidien…

……………………………………………………………………………………………………………………….
Le Lycée Champollion a été imaginé par un architecte officiel, grand prix de Rome : Joseph Auguste Emile Vaudremer.
Par sa réalisation il reprend bien les problématiques de son époque :

PNG - 218.1 ko

Détail des caissons du plafond de la Cour d’Honneur
……………………………………………………………………………………………………………………….

D’un côté l’architecture du bâtiment doit être strictement fonctionnelle et répondre à une organisation très structurée et efficace avec ses longues façades à l’infini parfois un peu répétitives. Chaque chose devait être à sa place et les mille élèves se pliaient à la règle commune.
……………………………………………………………………………………………………………………….

PNG - 218.4 ko

Une des grilles de la Cour d’Honneur
……………………………………………………………………………………………………………………….

D’un autre côté, l’architecte a souhaité créer des ruptures avec des éléments proches du style Art Nouveau : des grilles d’entrée avec des arabesques, des caissons de plafond aux motifs floraux, des radiateurs aux formes courbes et une horloge surmontée d’une tourelle.
Des matériaux de qualité ont été employés : bois de Chartreuse, pierre de Villebois et de l’Estaillade…

Vaudremer avait prévu de couvrir un certain nombre de fenêtres de la façade extérieure de charpente apparente, mais en raison du climat le projet fut abandonné.
Cela aurait pourtant donné au lycée un petit air de cottage Art Nouveau…

……………………………………………………………………………………………………………………………

Travailler avec le papier peint Farrow and Ball

PNG - 291.1 ko
PNG - 205.9 ko

Par son travail William Morris a révolutionné l’organisation des motifs.
Il dessinait ses motifs sur une grille, qu’il plaçait sur un fond coloré avec des effets de symétrie.
L’espace représenté n’était plus en perspective, mais donnait l’impression comme dans les estampes japonaises de superpositions de formes planes.
L’artiste se désespérait de l’emploi de couleurs pauvres et ordinaires et souhaitait au contraire rechercher les plus beaux pigments pour réaliser comme au Moyen Age, des objets d’exception.

……………………………………………………………………………………………………………………………

PNG - 248.2 ko

La société Farrow and Ball, fondée en 1930, reprend ses principes. Les motifs sont imprimés avec des couleurs recherchées par des rouleaux qui viennent poser des formes colorées sans perspective.
Ce qui crée le relief ce sont les superpositions de motifs uniformes sur les fonds.
Les rouleaux en bois déposent la couleur de manière irrégulière, ce qui fait que chaque motif est particulier et différent du voisin.

PNG - 268.4 ko

…………………………………………………………………………………………………………………………….

Recherches de références artistiques en cours d’Anglais

« William Morris was so gifted ! He was a painter, a poet, a novelist, an architect, a British textile designer…a genius ! He created a major movement in Decorative Arts … and inspired many contemporary artists… »
Maëlys

……………………………………………………………………………………………………………………….
« Wiley was commissioned by the Smithsonian Washington Gallery to paint a portrait of President Obama. »

PNG - 301.1 ko

« Wiley found inspiration in William Morris works : the repetitive patterns representing flowers and foliage in the backgrounds reminds us of Obama’s roots (Hawai, Kenya and their forests) »
Maëlys
……………………………………………………………………………………………………………………….

"William Morris was a major contributor to the revival of the traditional textile arts.
He was also committed politically, he contributed to the foundation of the Socialist League in 1884. His involvement shows that artists are deeply rooted in society .
Matisse was also inspired by William Morris. In the painting Grand Intérieur Rouge, he does not represent reality but works on the representation of perception."

Quentin et Aurore
……………………………………………………………………………………………………………………….

JPEG - 101.9 ko

Andy Wahrol (1928-1987) Flowers , 1970, sérigraphie, 30 pièces, 90 x 90 cm.
"Andy Warhol also found inspirations in William Morris’s works. In Flowers (1964), the flowers looks like a garden, like flowers in the spring. Warhol’s flowers are nonetheless subversive with their vibrant colours, with the dark background… Like William Morris, Andy Warhol made his stand, may have referred to the hippie movement and its downsides.
One of Warhol’s long-time assistant said :’When Warhol and that whole scene made Flowers, it reflected the urban, dark, death side of the whole Flower Power movement. And as decorative art, it’s pretty dense, there is a lot of depth in there."

Garance
…………………………………………………………………………………………………………………………….

Recherches de références littéraires en cours de français

En cours de français les élèves de la seconde 2 de Madame Coutas ont pu faire des liens entre le travail de William Morris et le texte de Joris-Karl Huysmans A rebours

PNG - 332.7 ko

……………………………………………………………………………………………………………………….

Exposition au Jardin des plantes

PNG - 455.2 ko

Phase finale du travail, l’Alliance Oxford-Grenoble a permis à nos élèves de présenter leurs recherches lors d’une exposition du 14 au 25 mai.
……………………………………………………………………………………………………………………….

Montage de l’exposition par les élèves

PNG - 413.2 ko
PNG - 227.2 ko

……………………………………………………………………………………………………………………….

Le vernissage

Vendredi 17 mai, les élève du Lycée Champollion ont pu présenter leurs travaux au public lors de la soirée d’inauguration et de célébration des trente ans du jumelage.
Mme Simiand, Présidente de l’Alliance Grenoble-Oxford, M. Mattone, Proviseur du Lycée, M. Mohamed Altaf-Khan, Maire d’Oxford, M. Mattew Lodge, Ambassadeur auprès de l’UNESCO, M. Malbet, Adjoint au Maire, M. Rodriguez représentant grenoblois de la marque Farrow and Ball, M. Poletti, responsable des serres du Jardin des Plantes, les parents et les élèves nous ont fait le plaisir de visiter l’exposition et de s’intéresser aux travaux de nos lycéens.

PNG - 417.3 ko

Le Maire d’Oxford Mohamed Altaf-Khan a pu échanger avec les élèves.

……………………………………………………………………………………………………………………….

Lien avec le site de l’Alliance Grenoble-Oxford : https://grenoble-oxford.org/index.php/2019/04/23/william-morris-reimagined-par-les-eleves-du-lycee-champollion-exposition-du-14-au-25-mai/
Lien avec l’article du Dauphiné Libéré :http://grenoble-oxford.org/wp-content/uploads/2019/05/DL-18-5-19-Jumelage-artistique-.pdf
……………………………………………………………………………………………………………………….

logo_grenoble-6.png
10003456_641641369223635_3989802081103282017_n-2.jpg
cgarfrru_400x400.jpg